Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Pain assessment in Charcot-Marie-Tooth (CMT) disease - 18/04/12

Doi : 10.1016/j.rehab.2012.02.005 
C. Ribiere a, , M. Bernardin c , S. Sacconi b, E. Delmont b, M. Fournier-Mehouas a, H. Rauscent a, M. Benchortane a, P. Staccini d, M. Lantéri-Minet c, C. Desnuelle a, b
a Service MPR, pôle neurosciences, clinique, CHU de Nice, 151, route de Saint-Antoine-de-Ginestiere, BP 3079, 06202 Nice cedex 03, France 
b Centre de référence maladies neuromusculaires (CRMN), pôle neurosciences, clinique, CHU de Nice, 151, route de Saint-Antoine-de-Ginestiere, BP 3079, 06202 Nice cedex 03, France 
c Département d’évaluation et traitement de la douleur (DETD), pôle neurosciences, clinique, CHU de Nice, 30, avenue de-la-Voie-Romaine, 06002 Nice cedex 1, France 
d Département d’informations médicales, CHU de Nice, 4, avenue Victoria, 06003 Nice cedex 1, France 

Corresponding author.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Abstract

Objective

The objective of our study was to describe and evaluate the prevalence of chronic pain in persons with Charcot-Marie-Tooth (CMT) disease during a multidisciplinary consultation at the Center of Reference for Neuromuscular Diseases.

Methodology

This prospective study was conducted between 2008 and 2010, it was a partnership between a Center of Reference for Neuromuscular Diseases (Centre de référence des maladies neuromusculaires [CRMD]) and a Department for the Assessment and Treatment of Pain (Département d’évaluation et de traitement de la douleur [DETD]). The evaluation consisted in a complete assessment of each patient during the first multidisciplinary consultation, with a previously established diagnosis validated by genetic testing, by various specialists: neurologist, PM&R physician, pain management specialist and physiotherapist. The evaluation tools used were Visual Analogical Scale (VAS), Hospital Anxiety and Depression Scale (HAD), DN4 scale, Neuropathic Pain Symptom Inventory (NPSI) (if DN44), Pain Questionnaire of Saint Antoine (QDSA) (if DN4<4), body representation to define the painful areas, Overall Neuropathy Limitations Scale (ONLS), Medical Research Council scale (MRC), Short Questionnaire on Pain (QCD), VAS during transfers, self-care, getting dressed and physiotherapy sessions and quantified use of analgesics.

Results

A total of 50 patients were included (28 women, 22 men); two patients (one man and one woman) were discarded from the study because of missing pain assessment data. Mean age was 47years (R: 14–85), in average the symptoms had been present for the past 20years (R: 0.3–68), most patients had little impairment, the mean MRC was 53 (R: 36–60), with CMT1A being predominant (CMT1A: 76.9%, CMTX: 13.5%, CMT2: 5.8%, CMT4: 3.8%). It is noted that 65.4% of patients reported some pain with a mean duration of pain at 140months (R: 5–660). The mean VAS was 5.5 (R: 1–10), greater than 4 in 79.4% of cases, requiring the use of analgesics in 38.4% of cases (step 1: 60%, step 2: 40% on the WHO pain relief ladder). The predominant location of the pain was distal, peripheral and symmetric (64.7%); furthermore the feet were affected in 80% of cases. DN4 was positive in 40.6% of painful patients. In 62.5% of the cases, the pain did not have an underlying mechanical origin. The emotional impact remained quite modest (HAD: A=8; D=5). Patients with CMT1A seemed less affected by pain (P=0.03).

Conclusion

This original study describes the pain in patients with CMT disease during a primary multidisciplinary consultation. We see that in 66% of cases, patients do report some pain, this pain is usually moderate, preferentially located in the extremities and is symmetric. In 62.5% of cases, the pain has a neuromuscular origin with a positive DN4 in 50% of cases in this etiology. In our study, patients with CMT1A report less pain than patients with other CMT types. This disease being quite rare (rare disease), the number of patients did not allow us to bring up statistically significant results. The pain must be thoroughly screened for because of its frequency in persons with CMT.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Objectifs

Décrire et évaluer la douleur chronique chez des patients porteurs de neuropathie héréditaire de type Charcot-Marie-Tooth (CMT).

Méthodologie

Il s’agit d’une étude prospective conduite entre 2008 et 2010, collaborative entre un centre de référence des maladies neuromusculaires (CRMN) et un département d’évaluation et de traitement de la douleur (DETD), réalisée pour chaque sujet lors de la première consultation pluridisciplinaire, le diagnostic ayant préalablement été confirmé et caractérisé par analyse biologique moléculaire. L’évaluation a consisté en un examen des patients par les différents médecins spécialistes neurologue, MPR, douleur et le kinésithérapeute. Les outils d’évaluation utilisés ont été : EVA, HAD, DN4, NPSI (si DN44), QDSA (si DN4<4), schéma corporel de localisation de la douleur, Overall Neuropathy Limitations Scale (ONLS), échelle de force Medical Research Council (MRC), questionnaire concis de la douleur, EVA douleur lors des transferts, de l’habillage, toilette et de la kinésithérapie, consommation d’antalgiques.

Résultats

Les caractéristiques démographiques de la population étudiée sont : 50 patients (28 femmes, 22 hommes ; deux patients [un homme et une femme] exclus pour données manquantes dans l’évaluation de la douleur), moyenne d’âge de 47ans (14–85) dont les symptômes évoluent depuis en moyenne 20ans (0,3–68), peu déficitaires, échelle MRC moyenne de 53 (36–60), avec une prédominance de CMT de type 1A (CMT1A) (1A : 76,9%, liée à l’X : 13,5%, 2 : 5,8%, 4 : 3,8%). On note que 65,4% des patients déclarent une douleur, depuis en moyenne 140 mois (5–660). L’EVA moyenne est de 5,5 (1–10), supérieure ou égale à 4 dans 79,4% des cas, nécessitant des antalgiques dans 38,4% (palier 1=60%, palier 2=40%). La localisation périphérique distale et symétrique prédomine (64,7%), atteignant les pieds dans 80% des cas. On note que 40,6% des patients douloureux ont un DN4 positif ; 62,5% des douleurs ne sont pas d’origine mécanique. Le retentissement émotionnel reste faible (HAD : A=8 ; D=5). La douleur est moins fréquente dans le type CMT1A (p=0,03).

Conclusions

Cette étude originale est descriptive de la douleur des patients CMT lors d’une première consultation pluridisciplinaire. Soixante-six pour cent des patients présentent des douleurs, d’intensité modérée, de localisation préférentiellement distale et symétrique. Les douleurs sont majoritairement d’origine neuromusculaire (62,5%) avec un DN4 positif dans 50% des cas dans cette étiologie. Le CMT1A, le plus fréquent, est le moins souvent douloureux. L’effectif de la population étant faible (maladie rare), nous n’avons pas pu mettre en évidence des résultats statistiquement significatifs. La douleur doit cependant être recherchée de façon systématique en raison de sa fréquence.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Rare disease, Charcot-Marie-Tooth (CMT) disease, Pain

Mots clés : Maladie rare, Maladie de Charcot-Marie-Tooth (CMT), Douleur


Plan


© 2012  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 55 - N° 3

P. 160-173 - avril 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Back pain during pregnancy and living conditions – a comparison between Beninese and Canadian women
  • K. Charpentier, J. Leboucher, M. Lawani, H. Toumi, G.-A. Dumas, A. Pinti
| Article suivant Article suivant
  • Dystonic pattern in a fibromyalgia patient: Relevance of a biopsychosocial rehabilitation approach
  • V. Prist, V.-A. De Wilde, E. Masquelier

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.