Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Post-prandial hyperglycemia. Post-prandial hyperglycemia and diabetes - 17/02/08

Doi : DM-09-2000-26-4-1262-3036-101019-ART2 

H. Gin [1],

V. Rigalleau [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Abstract

Post-prandial hyperglycemia (PPHG) is an independent risk factor for the development of macrovascular complications. It is now recognized that normalizing post-prandial blood glucose is more difficult than normalizing fasting glucose. Many factors affect the post-prandial blood glucose excursion. The glycemic index of the meal depends on the nature of the ingested food and starch composition. Gastric emptying is influenced by various factors including gut hormones such as GIP and GLP1, which potentiate insulin secretion, especially in its acute first phase, now referred to as an incretin effect. They also modulate glucagon secretion. Post-prandial hyperglycemia is limited by uptake of glucose by the liver and by inhibition of endogenous glucose production in this organ. In healthy controls, hepatic glucose production is halved after a meal, whereas in glucose-intolerant individuals and type 2 diabetics this inhibition is impaired (20-30 % versus 50 %). The persistence of endogenous glucose production during the post-prandial phase appears to be the main culprit in the PPHG. This reduced decrease in endogenous glucose in glucose intolerant and type 2 diabetic patients depends not only on the first acute phase of insulin secretion, but above all on the non-suppressed glucagon level during the post-prandial phase. Glucagon levels fall in healthy control subjects during the post-prandial phase.

Although peripheral glucose uptake by insulin-dependent tissues is altered in type 2 diabetic patients, it does not appear to be the major cause of the PPHG as there are patients with insulin resistance but without post-prandial hyperglycemia.

Abstract

Hyperglycémie post-prandiale. Hyperglycémie post-prandiale et diabète

L'hyperglycémie post-prandiale est un facteur de risque indépendant de complications macro-vasculaires. Il est admis qu'il est beaucoup plus difficile de normaliser la glycémie post-prandiale que la glycémie à jeun. De nombreux facteurs participent à l'excursion post-prandiale du glucose. La composition du repas lui-même, sa richesse en amidon participent à l'index glycémique. Ensuite, la vidange gastrique est modulée par différents facteurs et les hormones gastro-intestinales telles le GIP ou le GLP1 participent au phénomène "incretin" caractérisé par une potentialisation de l'insulino-secrétion et particulièrement de son pic précoce quand le glucose est apporté par voie orale, par opposion à un apport par voie veineuse. Les hormones gastro-intestinales modulent aussi la sécrétion de glucagon. Ensuite, le flux de glucose provenant de la digestion gagne le courant portal et le foie est capable de minimiser l'excursion susceptible d'être engendrée par cette arrivée massive au cours de la digestion. Il peut d'une part extraire et stocker une partie du glucose provenant de la digestion, mais surtout il diminue la production endogène de glucose. Cette diminution au cours de la digestion est d'environ 50 % chez un sujet contrôle, mais n'est que de 25 à 30 % chez un intolérant au glucose ou un patient diabétique de type 2. Ainsi, cette moindre diminution semble le facteur principal de l'excursion glycémique post-prandiale. Cette moindre diminution de la production hépatique endogène dépend essentiellement du pic précoce de secrétion insulinique et aussi de la non suppression du niveau de glucagon au cours de la digestion chez le patient intolérant au glucose et le patient diabétique de type 2, alors que chez le patient contrôle, le glucagon s'effondre régulièrement au cours de la digestion.

La captation de glucose par les tissus périphériques est bien sûr altérée en cas de diabète de type 2, mais ne semble pas être le facteur essentiel participant à l'hyperglycémie post-prandiale, dans la mesure où des patients insulino-résistants ont été décrits avec une insulino-résistance périphérique très certaine et sans hyperglycémie post-prandiale.


Mots clés : hyperglycémie post prandiale. , hormones gastro-intestinales. , production hépatique de glucose. , sensibilité à l'insuline.

Keywords: post prandial hyperglycemia. , gastro-intestinal hormones. , hepatic glucose metabolism. , insulin sensitivity.


Plan



© 2000 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 26 - N° 4

P. 265 - septembre 2000 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Potential influence of lipids in diabetic nephropathy: insights from experimental data and clinical studies
  • F. Bonnet, M.E. Cooper
| Article suivant Article suivant
  • Contribution of total and intact proinsulins to hyperinsulinism in subjects with obesity, impaired glucose tolerance or type 2 diabetes
  • J.F. Blicklé, R. Sapin, E. Andrès

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.