Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Opacification secondaire d’implants intraoculaires acryliques hydrophiles : à propos de deux cas - 14/09/13

Doi : 10.1016/j.jfo.2012.09.014 
A. Portmann a, A. Miri a, C. Genevois b, L. Chevalier b, D. Genty c, A. François c, M. Muraine a, O. Genevois a,
a Service d’ophtalmologie, hôpital Charles-Nicolle, 1, rue Germont, 76031 Rouen cedex, France 
b Inserm UMR 6634-CNRS groupe de physique des matériaux institut des matériaux, faculté des sciences et techniques, université de Rouen, technopôle du Madrillet, BP 12, avenue de l’Université, 76801 St-Étienne-du-Rouvray cedex, France 
c Service d’anatomopathologie, hôpital Charles-Nicolle, 1, rue Germont, 76031 Rouen cedex, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

But

Décrire le cas de deux opacifications secondaires d’implants acryliques hydrophiles après chirurgie vitréo-rétinienne.

Méthodes

Analyse préopératoire des dépôts en optical coherence tomography (OCT) Visante® et en échographie du segment antérieur à très haute fréquence (CineScan HF, Quantel medical®). Analyse postopératoire du matériel explanté en microscopie optique, électronique et en energy dispersive spectrometry (EDS).

Résultats

Chez nos deux patients, le dépôt observé est situé à la surface et au sein de l’implant et est composé de cristaux de phosphate de calcium. Il est retrouvé comme facteur favorisant une chirurgie vitréo-rétinienne réalisée quelques mois avant l’opacification secondaire.

Conclusion

Lorsqu’un patient présente une opacification secondaire de son implant touchant l’axe optique, il est parfois nécessaire de l’explanter avec heureusement le plus souvent, une bonne récupération fonctionnelle en postopératoire. Même si cette complication reste rare, et la physiopathologie exacte mal comprise, il faudra la rechercher devant une baisse de l’acuité visuelle inexpliquée chez un patient pseudophaque et multi-opéré.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Purpose

To describe two cases of secondary opacification of hydrophilic acrylic IOLs after vitreoretinal surgery.

Methods

Analysis of IOL deposits with anterior segment optical coherence tomography (OCT Visante®) and high-frequency ultrasound biomicroscopy (CineScan HF, Quantel Medical®) was carried out preoperatively. The explanted IOLs were analyzed with optical and electron microscopy, and energy dispersive spectrometry (EDS).

Results

In both patients, the deposits were located on the surface and within the implant and were composed of calcium phosphate crystals. Vitreoretinal surgery performed a few months prior to the secondary opacification was identified as a risk factor.

Conclusion

When a patient presents with a secondary opacification of the IOL involving the visual axis, explantation is sometimes necessary, fortunately with typically good functional recovery in the postoperative period. While this complication is rare and the exact pathophysiology poorly understood, it must be considered in a pseudophakic patient with an unexplained decrease in visual acuity who has undergone more than one intraocular procedure.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Implant intraoculaire, Opacification secondaire, Calcification

Keywords : Intraocular lenses, Secondary opacification, Calcification


Plan


 Pour un complément d’information consulter le cas clinique Z.M. Bodnar, P. Rozot, L. Leishman, A. Ollerton, J. Michelson, S. Plasse-Fauque, L. Werner. Calcification of a hydrophilic acrylic intraocular lens: case report with laboratory analysis. Journal français d’ophtalmologie 2013 ; 36(7) : http://dx.doi.org/10.1016/j.jfo.2012.11.012 – publié également sur www.e-jfo.fr/, dans la rubrique « Clinique ».


© 2013  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° 7

P. 561-566 - septembre 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Khalil Hanna 2 juin 1944–1er juin 2013
  • Y. Pouliquen
| Article suivant Article suivant
  • Présentation clinique et prise en charge des myosites aiguës dans les inflammations orbitaires non spécifiques
  • E. Halimi, R. Rosenberg, O. Wavreille, S. Bouckehove, N. Franquet, P. Labalette

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.