Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Surveillance active du cancer de la prostate - 15/03/14

[18-560-A-29]  - Doi : 10.1016/S1762-0953(13)58456-1 
G. Ploussard , P. Meria, P. Mongiat-Artus, F. Desgrandchamps
 Service d'urologie, CHU Saint-Louis, AP-HP, 1, avenue Claude-Vellefaux, 75010 Paris, France 

Auteur correspondant.

Article en cours de réactualisation

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 6
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

L'augmentation de l'incidence du cancer de la prostate au cours des dernières années s'est effectuée principalement aux dépens des cancers de la prostate à faible risque évolutif. Le concept de surveillance active de ces cancers de la prostate à faible risque est progressivement apparu dans le but de ne pas surtraiter ces cancers à faible risque de progression en l'absence de traitement. La surveillance active repose sur un protocole strict de suivi du patient permettant de détecter à temps une éventuelle progression de la maladie vers un stade défavorable, et proposer alors un traitement radical, sans prendre de risque oncologique. Les résultats à court et moyen terme de larges séries prospectives ont confirmé la sécurité carcinologique de l'attitude de surveillance active sous réserve d'un taux cumulé de traitement différé avoisinant les 30 % à deux ans. La surveillance active est actuellement intégrée aux recommandations des sociétés savantes comme option thérapeutique pour les cancers de la prostate à faible risque, et largement proposée par les urologues, et ce même en l'absence de résultats de suivi à long terme. Les critères exacts d'inclusion restent sujets à débat en raison de l'absence de consensus, et varient selon les centres. L'amélioration de la sélection des cancers de prostate à faible risque (imagerie par résonance magnétique fonctionnelle, biomarqueurs) est un enjeu important en raison du taux non négligeable de sous-estimation de la maladie au diagnostic. Enfin, en raison de la lente durée d'évolution de ces cancers, une confirmation à très long terme des résultats oncologiques de l'attitude de surveillance active est nécessaire.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Cancer de la prostate, Surveillance active, Faible risque, Biopsies


Plan


© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Cancer de la prostate : traitements
  • E. Xylinas, M. Peyromaure
| Article suivant Article suivant
  • Hormonoradiothérapie du cancer de la prostate : rationnel et indications
  • O. Chapet, C. Enachescu, D. Azria, F. Lorchel

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.