Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Use of psychoactive substances in persons with spinal cord injury: A literature review - 09/12/14

Doi : 10.1016/j.rehab.2014.10.002 
M. Tétrault a, , F. Courtois b
a Centre de réadaptation en dépendance de l’Estrie, 1930, rue King Ouest, Sherbrooke (Quebec) J1 J 2E2, Canada 
b Université du Québec à Montréal, CP 8888, succursale centre ville, Montréal, Québec, H3 C 3P8 Canada 

Corresponding author.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Abstract

Objective

To undertake a critical review of literature on use of legal and illegal psychoactive substances (PAS) in persons with spinal cord injury (SCI) before and after trauma.

Material and methods

Hundred and five articles published between 1980 and 2014 on alcohol and drug use in persons with SCI before and after trauma were retrieved from the PubMed and PsycInfo search engines.

Results

Before injury, 25% to 96% of people with SCI reported using alcohol, while 32% to 35% had used illegal drugs. At the time of injury, 31% to 50% of individuals with SCI were intoxicated with alcohol, 16% to 33% with drugs and 26% with a combination of drugs and alcohol. Among those reporting PAS use before injury, up to 50% stated that they had reduced their use during active rehabilitation, during which time only 6% consumed psychoactive substances for the first time. A variety of risk factors are associated with consumption subsequent to spinal cord injury: personality alteration (impulsiveness, aggressiveness), posttraumatic depression, poor coping skills, lack of social support and pain. PAS use can affect the process of rehabilitation, diminish the effectiveness of medication and result in various medical complications.

Discussion/conclusions

Few studies have explored the use of alcohol, drugs and psychoactive medications before SCI and during active rehabilitation. To our knowledge, no study has analyzed the evolution of PAS use after hospital discharge, even though return home is associated with new stressors that may trigger risky behaviors. It should be a priority, as early as possible during rehabilitation, to detect persons at risk of developing PAS abuse.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Objectif

Revue de la littérature quant à l’usage de substances psychoactives (SPA) illicites avant et suite au traumatisme chez les personnes ayant une lésion à la moelle épinière (LM).

Matériel et méthode

Cent-cinq articles entre 1980 et 2014, en lien avec l’usage de SPA avant et suite au traumatisme chez les personnes LM. Les articles ont été obtenus par les moteurs de recherche PubMed et PsycInfo.

Résultats

Avant la lésion médullaire, entre 25 et 96 % des personnes LM affichaient une consommation d’alcool et 32 à 35 % de substances illicites. Au moment de l’accident, entre 31 et 50 % des individus LM auraient été intoxiqués par l’alcool, 16 à 33 % aux substances illicites et 26 % à la fois par l’alcool et les substances illicites. Parmi les individus qui consommaient des SPA avant le traumatisme, jusqu’à 50 % des personnes ont diminué leur consommation durant la phase de réadaptation alors que 6 % se sont initiées à la consommation. Divers facteurs de risque sont associés à la consommation chez les personnes LM comme la personnalité (impulsivité, agressivité), un état dépressif post-traumatique, les difficultés d’adaptation à la lésion, le réseau social de même que la douleur. Cette consommation peut affecter le processus de réadaptation, l’efficacité de la médication et engendrer diverses complications médicales.

Discussion/conclusion

Peu d’études semblent avoir exploré à la fois l’usage d’alcool, de substances illicites et de médicaments psychotropes avant le traumatisme et lors de la réadaptation fonctionnelle, et aucune n’a tenté d’explorer l’évolution de la consommation lors du retour à domicile, période qui présente pourtant de nouvelles contraintes et de nouveaux agents stresseurs susceptibles d’engendrer des comportements à risque. La détection des personnes à risque de développer un trouble lié à une substance est à prioriser dès la période de réadaptation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Spinal cord injury, Active rehabilitation, Home return period, Substance use disorders, Prevalence, Risk factors

Mots clés : Lésion médullaire, Réadaptation fonctionnelle, Retour à domicile, Troubles liés à l’utilisation d’une substance, Prévalences, Facteurs de risque


Plan


© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 57 - N° 9-10

P. 684-695 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Communication disorders and executive function impairment after severe traumatic brain injury: An exploratory study using the GALI (a grid for linguistic analysis of free conversational interchange)
  • C. Sainson, M. Barat, M. Aguert
| Article suivant Article suivant
  • Interlimb neural coupling: Implications for poststroke hemiparesis
  • K.N. Arya, S. Pandian

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.