Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Quelle médecine d’urgence lors de la médicalisation d’un festival de musique en zone montagne ? Étude observationnelle - 07/09/15

Doi : 10.1016/j.anrea.2015.07.389 
Patrick Basset 1, , Leonard Kapenda 1, France Rocourt 2, Stéphane Bergzoll 3, Bruno Basset 1
1 DOKEVER, Pierre-Bénite 
2 CHU de Grenoble, Grenoble 
3 SSSM Corse, Bastia, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le nombre croissant de manifestations culturelles hors agglomérations impose une réflexion autour de la chaîne de secours [1] afin de ne pas désorganiser les structures d’urgences de secteur compétentes (SAU, SMUR). Le but de ce travail était de décrire l’activité médicale interne au site lors d’un festival de musique accueillant plus de 10 000 personnes à 1400mètres d’altitude.

Matériel et méthodes

Étude observationnelle rétrospective. Critères d’inclusion : tout festivalier pris en charge par une équipe secouriste et/ou médicale au poste médical avancé (PMA) du site. Les variables recueillies étaient :

– épidémiologiques (âge, sexe) ;

– cliniques (motif de prise en charge, score de Glasgow (GCS) à la prise en charge initiale, intoxication alcoolique (OH) ou toxique) ;

– devenir (classification du soin en médical ou infirmier, évacuation).

L’analyse statistique était univariée.

Résultats

Sur une période de 3jours, 233 patients ont été éligibles soit 2,3 % (n=10 000) des festivaliers. Vingt patients (9 %) étaient exclus pour données manquantes. Si nous considérons les 213 patients inclus (100 %), l’âge médian était de 25ans (espace interquartile EIQ : [21–32]) avec 131 hommes (61,5 %). Le motif de consultation était pour une lésion ostéo-articulaire dans 26 cas (12 %), pour une intoxication aiguë dans 19 cas (9 %) et pour douleur thoracique dans 3 cas (1,4 %). Dans 10 cas (5 %), le score de GCS initial était inférieur à 12 avec une intubation trachéale nécessaire dans 1 cas/10. Une intoxication OH isolée était constatée dans 18 % (n=38) des cas et associée à la prise de toxiques dans 15 % (n=32) des cas. Le soin était classé médical dans 140 cas (66 %) avec une évacuation nécessaire vers un SAU dans 12 cas/140 et vers une réanimation pour 1 cas/140. Les transports de patients évacués étaient par voie terrestre dans tous les cas sauf pour le patient réanimatoire (héliporté).

Discussion

Les motifs de consultations médicales lors d’un festival de musique sont divers du fait de la géographie du lieu, de l’hétérogénéité des festivaliers et de leurs habitus. Le constat de la médicalisation in situ confirme la nécessité de celle-ci afin de désengorger les structures d’urgences du secteur concerné. Des études complémentaires sur d’autres sites (urbain, semi-urbain, mer-montagne) sont en cours pour évaluer la diminution effective du nombre de passages en SAU lors d’un rassemblement culturel.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2015  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 1 - N° S1

P. A254-A255 - septembre 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Transports sanitaires héliportés en zone spécifiquement urbaine : étude observationnelle
  • Guillaume Cassourret, Eric Ramdani, Sabine Lemoine, Olivier Yavari, Yann Violin, Laure Alhanati, Daniel Jost, Michel Bignand, Jean-Pierre Tourtier
| Article suivant Article suivant
  • Gestion des secours médicaux des victimes de l’attentat du musée du Bardo par le SAMU01
  • Saida Zalfani, Samir Abdelmoumen, Mylene Ben Hamida, Wafa Limam, Hajer Ben Lakhdhar, Slim Jedidi, Selim Hamdani, Slim Ben Dlala, Mounir Daghfous

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.