Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal Français d'Ophtalmologie
Vol 26, N° 7  - septembre 2003
pp. 738-742
Doi : JFO-09-2003-26-7-0181-5512-101019-ART13
Le syndrome d'Apert : à propos d'une observation
 

C. Doutetien [1], A. Laleye [3], S. Tchabi [2], O. Biaou [2], R. Lawani [1], J. Deguenon [1], R. Darboux [3], D. Gnamey [3], S.K. Bassabi [1]
[1]  Service d'Ophtalmologie, CNHU, BP 386 Cotonou, Bénin.
[2]  Service de Radiologie, CNHU, Cotonou.
[3]  Unité de Biologie humaine, Laboratoire de cytogénétique, FSS, Cotonou, Bénin.

Tirés à part : C. Doutetien [1] à l'adresse ci-dessus.

@@#100979@@
Le syndrome d'Apert : à propos d'une observation

Le syndrome d'Apert est une acrocéphalosyndactylie qui fait partie du grand groupe des crânio-facio-sténoses. Il est caractérisé par une dysmorphie crânio-faciale et une syndactylie aux mains et aux pieds qui la différencie de la maladie de Crouzon. C'est une affection rare qui est le plus souvent transmise selon un mode autosomique dominant, mais des cas sporadiques existent. Nous rapportons le cas d'une jeune fille de 15 ans qui présente des signes cliniques caractéristiques du syndrome d'Apert avec un caryotype normal sans notion de consanguinité parentale. La mutation Ser 252 Trp du gène FGFR2 a été retrouvée confirmant le diagnostic moléculaire. Cette étude illustre la gravité des troubles visuels et neurologiques du syndrome d'Apert non traité. La présence en plus d'une hémoglobinopathie (Hb AS) en fait son originalité.

Abstract
Apert's syndrome: a case report

Apert's syndrome is a type of acrocephalosyndactylia that is from part of the great group of craniofacial synostoses. It is characterized by craniofacial dysmorphia and syndactylia on hands and feet, which differentiates it from Crouzon's disease. It is a rare affection that is often transmitted through an autosome dominant mode, but sporadic cases exist. We report the case of a 15-year-old girl who presented characteristic clinical signs of Apert's syndrome with normal karyotype without parental consanguinity. The Ser 252 Trp mutation of the FGFR2 gene was found, confirming the molecular diagnosis. This study illustrates the severity of ocular and neurological problems of untreated Apert's syndrome. The presence of hemoglobinopathy (Hb AS) is also a mark of its originality.


Mots clés : Acrocéphalosyndactylie , sténose crânio-faciale , syndrome d'Apert , hémoglobinose (Ab AS)

Keywords: Acrocephalosyndactylia , craniofacial synostosis , Apert's syndrome , hemoglobinopathy (Hb AS)


INTRODUCTION

Le syndrome d'Apert est une acrocéphalosyndactylie [1], [2]. Elle fait partie comme la maladie de Crouzon [3], des sténoses crânio-faciale qui sont dues à une fermeture précoce des sutures crâniennes et à des altérations de la face. Ce syndrome comporte une dysmorphie crânio-faciale caractérisée par les maître-symptômes suivants

  • une brachycéphalie ;
  • un télorbitisme ;
  • une syndactylie au niveau des mains et des pieds [4].

C'est une affection rare, le plus souvent transmise selon un mode autosomique dominant, mais des cas sporadiques existent et seraient favorisés par un âge paternel élevé [5], [6]. C'est le cas de cette observation dont l'étude illustre la gravité des troubles oculaires et neurologiques du syndrome d'Apert non traité. L'association apparemment fortuite d'une hémoglobinopathie AS en fait son originalité.

OBSERVATION

HIN. Adj., jeune fille de 16 ans, est reçue il y a 1 an en consultation ophtalmologique pour une exophtalmie bilatérale devenue douloureuse, dans le cadre d'un syndrome polymalformatif congénital. Ces antécédents personnels physiologiques révèlent qu'elle a souffert d'un macrosome de 4 kg à la naissance. Son développement psychomoteur s'est fait avec beaucoup de retard, elle n'a marché qu'à l'âge de 5 ans. Elle présente une débilité mentale prononcée. Son père et sa mère âgés respectivement de 47 ans et 40 ans à sa naissance sont sains et non consanguins. Dernière d'une fratrie de 9 enfants, ses frères et soeurs sont en bonne santé et ne présentent aucune anomalie physique. Sur le plan somatique, elle mesure 1,48 m et pèse 55 kg.

Examen clinique

Elle présente de nombreuses anomalies regroupées en anomalies ophtalmiques, anomalies de la tête et de la face, des mains et des pieds, ainsi que des anomalies neurologiques.

Anomalies ophtalmologiques (fig. 1)

La patiente présente les signes cliniques ophtalmologiques suivant

  • une exophtalmie bilatérale de 23 mm au Hertel ;
  • un ectropion total supérieur et inférieur gauche ;
  • une exotropie avec hypotropie maximale gauche ;
  • une fente palpébrale antimongoloïde droite ;
  • un hypertélorisme discret ;
  • et une dystrophie centro-cornéenne bilatérale très marquée à gauche empêchant la visualisation des segments antérieur et postérieur. Ce qui limite son acuité visuelle au comptage des doigts à 1 m à droite et conduit à une cécité à gauche.

Anomalies au niveau de la tête et de la face (fig. 2)

Elles se caractérisent par

  • un front discrètement bombé en avant ;
  • une hypoplasie maxillaire avec prognathisme mandibulaire ;
  • une macroglossie et un palais ogival ;
  • et une malposition dentaire.

Anomalies au niveau des mains et des pieds (fig. 3et 4)

Elles se traduisent par une syndactylie des mains et des pieds

  • une syndactylie des 2 e , 3 e et 4 e doigts et un aspect palmé avec le 5 e doigt, le pouce étant indépendant. Ces déformations de la main sont symétriques. Par ailleurs, il y a une limitation de l'extension du coude ;
  • une syndactylie des 3 e , 4 e et 5 e orteils, le gros orteil trapu plus ou moins indépendant des autres.

Anomalies neurologiques

Les atteintes neurologiques suivantes ont été constatées

  • une débilité mentale sur encéphalopathie ;
  • une marche avec élargissement du polygone de sustentation ;
  • une jargonaphasie avec des rires spasmodiques ;
  • et une hypoacousie.

Examens paracliniques

Des radiographies du squelette notamment du crâne, des mains, des pieds, des articulations des membres et du thorax ont confirmé les signes cliniques déjà observés en clinique. Elles ont précisé d'autres anomalies cliniquement moins ou non visibles telles que les synostoses crâniennes, des impressions digitiformes frontales, la déformation de la selle turcique, les syndactylies aux mains et aux pieds, une horizontalité des côtes et une cardiomégalie d'allure isolée (fig. 5à 7).

Un bilan biologique a révélé une hémoglobinopathie AS dans une proportion de 32,7 % d'hémoglobine S contre 63,9 % de A1 et 3,4 % de A2. Par ailleurs, son caryotype s'est révélé normal. Des recherches sur l'ADN du récepteur du facteur de croissance fibroblastique ou Fibroblast Growth Factor Receptort (FGFR) ont mis en évidence l'existence de la mutation Ser 252 Trp du gène FGFR2 qui confirme le diagnostic du syndrome d'Apert (fig. 8).

Traitement

Au stade de sa découverte (15 ans), elle n'a pu bénéficier que d'une éviscération gauche à visée antalgique.

COMMENTAIRES
Clinique

Les anomalies cliniques observées chez notre patiente sont évocatrices du syndrome d'Apert. Celui-ci, en 1906 [1], [2]a décrit un syndrome caractérisé par

  • au niveau du crâne : une crâniosténose bicoronale, un aplatissement de l'occiput et un bombement frontal antérieur ;
  • au niveau de la face : une hypoplasie de l'étage moyen qui s'accompagne d'anomalies oculaires, palatine et dentaire ;
  • au niveau des mains et pieds : une syndactylie, de larges phalanges distales du pouce et du gros orteils.

Des anomalies cardiaques et viscérales peuvent également exister [1], [2], [3], [4].

Ces anomalies crânio-faciales entraînent des répercussions sur le développement de l'encéphale avec son cortège d'hypertension intracrânienne et d'encéphalopathie responsable de retard mental [1], [2], [3], [4] [6]. Le cas de notre observation évoque la triade symptomatique du syndrome d'Apert.

Étiologie

L'origine génétique du syndrome d'Apert est actuellement certaine. Le mode de transmission généralement admis dans la littérature est celui d'une transmission héréditaire autosomique dominante [1], [2], [3], [4], [5], [6], [7], [8], [9]. Mais des cas sporadiques sont fréquents [1], [6]. À ce sujet, des auteurs ont rapporté le rôle possible de l'âge parental avancé dans la survenue du syndrome d'Apert [5], [6].

Pour ce qui concerne notre observation, l'âge parental avancé, le caryotype normal et l'absence de consanguinité chez les parents sont des arguments en faveur du caractère sporadique de la maladie. L'origine des multiples anomalies serait due à des néo-mutations génétiques non héréditaires.

Des découvertes génétiques récentes ont montré que les causes des crâniosténoses sont des mutations observées sur des récepteurs de facteur de croissance Fibroblastique. (FGFR1,2 ou 3 de gènes) [7], [8], [9], [10], [11], [12]. Ces mutations seraient localisées dans le syndrome d'Apert sur les exons 5 et 7 du gène codé pour l'immunoglobuline de la chaîne III selon plusieurs auteurs [11], [12], [13].

Des recherches génétiques menées dans le service du Dr G. Mortier de Ghent en Belgique ont confirmé le diagnostic du syndrome d'Apert par la présence de la mutation Ser 252 Trp du gène FGFR2 chez notre patiente.

Par ailleurs elle a un trait drépanocytaire (Hb AS). Or l'hémoglobinopathie S est une affection héréditaire dont la prévalence se situe entre 25 à 30 % dans la population béninoise. Cette association à l'acrocéphalosyndactylie semble donc fortuite.

Traitement

Les crâniosténoses relèvent de la chirurgie. Il s'agit d'une neurochirurgie correctrice qui doit être précoce, autour de 3 mois de vie, dans le but d'enrayer ou de diminuer l'installation des troubles orbito-oculaires qui peuvent menacer la vision et l'équilibre binoculaire [5]. Les indications de cette chirurgie dépendent de l'âge de découverte, des malformations, des risques fonctionnels neuro-ophtalmologiques et des troubles neurologiques [6].

À l'âge de 15 ans, les troubles neuro-sensoriels engendrés par les multiples malformations sont très ancrés chez notre patiente. Elle n'a pu bénéficier que d'une éviscération gauche à visée antalgique.

CONCLUSION

Cette observation a permis de mettre en exergue la gravité fonctionnelle visuelle du syndrome d'Apert avec son important lot de préjudices esthétiques.

Les troubles neurologiques qui en découlent rendent les porteurs définitivement dépendants. Le diagnostic moléculaire de cette affection peut être actuellement confirmé. L'association probablement fortuite de l'hémoglobinopathie AS à notre cas fait son originalité.

Références

[1]
Apert E. De l'acrocépholosyndactylie. Soc Med, 1906; 23:1310-30.
[2]
Ravault MP. Syndromes en ophtalmologie. Éd. Doin-Doren et Cie, 1970, 12-13 et 86-87.
[3]
Crouzon. Dysostose crâniofaciale héréditaire. Bull Soc Med Hop, 1912:33:545-55.
[4]
Denis D, Conrath J, Gentori L. Exophtalmie, astigmatisme et strabisme dans les crânio-facio-sténoses: syndrome d'Apert et syndrome de Crouzon. Ophtalmologie, 1997;11:28-33.
[5]
Gnamey D, Delacuvellerie J, Dubois B. L'acrocéphalosyndactylie type I ou syndrome d'Apert. Une nouvelle observation avec étude cytogénétique. Rev Intern Ped 1973;37:23-30.
[6]
Oreg AM, Migan Y, Oulai M, Andoh J. La maladie d'Apert. À propos d'une observation. Med Afr Noire, 1999;46:279-82.
[7]
Stankovic B, Krustic V, Stankov B, Jojic L, Nagulic M, Artiko G. Jackson-Weiss syndrome registered in four successive generations. The facies of crouzon's syndrome with foot normalities. Doc Ophthalmol, 1994;85:281-6.
[8]
Escobar V, Bixler D. On the classification of the acrocephalosyndactyly syndromes. Clin Genet, 1977;12:169-78.
[9]
Muller U, Steinberger D, Kunze S. Molecular genetics of craniosynostotic syndromes. Gracfe's Arch Clin Exp Ophthalmol, 1997; 235:545-50.
Cohen MM, Kretborgs A. Clinical study of the craniofacial features in Apert syndrome. Int J Oral maxillo face surg, 1996;25:45-53.
Wong LJC, Chen T-J, Dai P, Bird L, Muenke M. Novel SNP at the Common Primer Site of Exon III a of FGFR2 gene causes error in molecular diagnosis of craniosynostosis syndrome. Am J Med Genet, 2001;102:282-5.
Passos-Bueno MR, Sertie AL, Richieri-Costa A, Alonso LG, Zatz M, Alonso N, Brunoni D, Ribeiro SFM. Description of a new mutation and charaterization of FGFR1, FGFR2, and FGFR3 mutations among Brazilian Patients with syndromic craniosynostoses. Am J Med Genet, 1998;78:237-41.
Kjaer I, Hansen BF, Kjaer KW, SkovbYF. Abnormal Timing in the prenatal ossification of vertebral colum and hand in Crouzon syndrome. Am J Med Genet, 2000;90:386-9.




© 2003 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline