Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

T2A et chirurgie orbitopalpébrale : l’ambulatoire est-il vraiment rentable pour l’établissement ? - 24/05/10

Doi : 10.1016/j.jfo.2010.03.008 
M. Souchier a, A. Muselier a, M. Vourch b, H. Aubé b, A. Juniot c, C. Creuzot-Garcher a, A.-M. Bron a,
a Service d’ophtalmologie, hôpital Général, centre hospitalier universitaire de Dijon, 3, rue du Faubourg-Raines, BP 1519, 21000 Dijon cedex, France 
b Département d’information médicale, centre hospitalier universitaire de Dijon, 21000Dijon, France 
c Département d’anesthésie-réanimation, centre hospitalier universitaire de Dijon, 21033Dijon, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Une nouvelle version de la tarification à l’activité (T2A) a été publiée le 1er mars 2009. Nous avons cherché à évaluer son retentissement sur les recettes liées aux chirurgies des paupières, des voies lacrymales, des cavités et de l’orbite antérieure dans un service hospitalier d’ophtalmologie.

Patients et méthodes

Nous avons recueilli le nombre d’actes effectués en 2008 ainsi que les codes correspondant à ces chirurgies. Nous avons utilisé les tarifs des trois groupes homogènes de séjour (GHS) de la V11, pour ces codes et avons comparé la totalité des recettes directes obtenues pour un acte pratiqué en ambulatoire ou en hospitalisation d’une ou plusieurs nuits.

Résultats

Deux cent quarante-huit patients opérés entre janvier et décembre 2008 ont été inclus. Pour 87,5 % des patients, l’intervention s’est déroulée en ambulatoire. La moins bonne rétribution des actes en ambulatoire entraînerait un manque à gagner pour la structure hospitalière d’environ 184 500 euros sur un an (soit 79 % des recettes liées à ces types de chirurgie sur l’année).

Discussion

À l’aide d’une organisation rigoureuse, il est possible de faire bénéficier la majorité de nos patients d’une prise en charge en ambulatoire. Néanmoins, la T2A ne favorise actuellement pas financièrement ce mode de prise en charge dans le domaine de la chirurgie orbitopalpébro-lacrymale, et il faut espérer à l’avenir une évolution de cette tarification vers plus de cohérence.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

The aim of this study was to evaluate the impact of the 11th version of the National Health System’s Activity-Based Financing on the income of a University Hospital department for palpebral, lacrimal, and orbital surgeries.

Patients and methods

The number of such surgeries in 2008 was based on the Medicalization Program of the Information System. Using the 11th version of the Activity-Based Financing for Diagnosis-Related Groups, we compared the income in both inpatient and outpatient settings.

Results

Two hundred and forty-eight patients undergoing palpebral, lacrimal, or orbital surgery between January and December 2008 were included, with 87% treated on an outpatient basis. The lower reimbursement for outpatient surgery resulted in a loss of 184,500 euros (79%) for our department compared to the inpatient procedure.

Discussion

With rigorous organization, ambulatory surgery is feasible for palpebral, lacrimal, and orbital surgery. Nonetheless, with department incomes related to activity, ambulatory care seems financially disadvantageous. Many departments are trying to develop an ambulatory structure, but the need to balance their budget requires improved coherence.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : T2A, Chirurgie ambulatoire, Chirurgie palpébrale, Chirurgie lacrymale, Chirurgie de l’orbite

Keywords : Activity-based financing, Ambulatory, Palpebral surgery, Lacrimal surgery, Orbital surgery


Plan


© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° 5

P. 312-318 - mai 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Crise bilatérale de glaucome aigu après traitement par topiramate : apport de l’OCT Visante®
  • R. Tahiri Joutei Hassani, S. Dupont Monod, G. Oukacha, F. Mantout, R. Benrabah, E. Heron, C. Baudouin
| Article suivant Article suivant
  • Syndrome pseudoexfoliatif et phakoexerèse : étude comparative à une population témoin
  • V. Sarda, C. Rohart, F. Fajnkuchen, S. Nghiem Buffet, M. Streho, G. Chaine

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.