Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Toxoplasmose et grossesse - 24/05/10

Doi : 10.1016/j.jfo.2010.03.002 
L. Kodjikian
Service d’ophtalmologie, centre hospitalier universitaire de la Croix-Rousse, université Claude-Bernard, 103, Grande-Rue-de-la-Croix-Rousse, 69317 Lyon cedex 04, Lyon 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

La toxoplasmose constitue l’étiologie la plus fréquente des uvéites postérieures dans le monde. Le problème de la toxoplasmose au cours de la grossesse pose en réalité deux questions : celle de la toxoplasmose congénitale, due à une primo-infection de la femme enceinte et celle de la présence d’une rétinochoroïdite toxoplasmique active chez une femme enceinte. L’ingestion de viande mal cuite ou crue est responsable d’un tiers à deux tiers des contaminations chez les femmes enceintes. La séroprévalence en Europe de la toxoplasmose est élevée, jusqu’à 54 % dans les pays européens du Sud. Les mesures hygiénodiététiques de prévention primaire sont proposées aux femmes enceintes immunocompétentes séronégatives pour la toxoplasmose. Les atteintes oculaires sont représentées par la rétinochoroïdite et différentes lésions associées. Le service d’ophtalmologie et de parasitologie du CHU de la Croix-Rousse (hospices civils de Lyon) suit actuellement la plus grande cohorte mondiale d’enfants atteints de toxoplasmose congénitale (430 enfants vivants en 2005). Notre taux global de transmission lors d’une primo-infection est de 30 %. L’incidence notée des rétinochoroïdites est de 24 % au sein de notre cohorte prospective. Au cours du suivi, des récidives sont apparues dans 29 % des cas. La présence d’une rétinochoroïdite toxoplasmique active chez une femme enceinte pourrait peut-être exposer à un risque de transmission à cause de la possible parasitémie. Le traitement pourrait être envisagé chez toutes les femmes enceintes, à base d’azithromycine seule ou en cas de menace maculaire associée à la pyriméthamine à partir du deuxième trimestre.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Toxoplasmosis is the most common etiology of posterior uveitis. Toxoplasma gondii infection during pregnancy means either primary infection and risk of congenital toxoplasmosis or acute retinochoroiditis in a pregnant woman (risk of transmission, severity of injuries, therapeutics). Ingestion or manipulation of raw or undercooked meat is responsible for most contaminations (one- to two-thirds) in pregnant women. Toxoplasmosis seroprevalence is high in Europe, up to 54 % in southern European countries. Primary prevention advice is proposed to immunocompetent pregnant women who are seronegative for toxoplasmosis. The risk of transplacental transmission congenital toxoplasmosis during pregnancy is analyzed. The ocular lesions include retinochoroiditis and a number of other lesions. The departments of ophthalmology and of parasitology of Croix-Rousse University Hospital (Hospices Civils de Lyon) is currently following one of the largest cohorts of children infected with T. gondii (430 children alive in 2005). Our overall transmission rate during primary infection was 30 %. Retinochoroiditis incidence was 24 % in our prospective cohort. During follow-up, recurrences appeared in 29 % of cases. Acute toxoplasmic retinochoroiditis in pregnancy could be a risk of transplacental transmission due to potential parasitemia. Practices in cases of suspected or proved congenital infection are discussed. The antiparasitic drugs authorized during pregnancy are azithromycin and pyrimethamine. Azithromycin can be used alone but an association with pyrimethamine during the second trimester is useful in case of macular threat.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Toxoplasmose congénitale ou acquise, Rétinochoroïdite, Grossesse, Risque de transmission, Taux de récidive, Prévention primaire

Keywords : Congenital or acquired toxoplasmosis, Retinochoroiditis, Pregnancy, Risk of transmission, Recurrence rate, Primary prevention


Plan


© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° 5

P. 362-367 - mai 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Progression de la rétinopathie diabétique durant la grossesse
  • D. Gaucher, M. Saleh, A. Sauer, L. Averous, T. Bourcier, C. Speeg-Schatz
| Article suivant Article suivant
  • Comprendre les troubles de la réfraction et les problèmes oculomoteurs pendant la grossesse
  • S. Milazzo, R. Mikou, A. Berthout, D. Bremond-Gignac

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.