Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Blessures oculaires graves liées à l’utilisation d’artifices de divertissement en Alsace - 16/10/10

Doi : 10.1016/j.jfo.2010.06.015 
C. Marsal a, , F. Abry a, M. Bouyon a, N. Meyer b, T. Bourcier a, C. Speeg-Schatz a
a Service d’ophtalmologie, Nouvel hôpital civil, hôpitaux universitaires de Strasbourg, 1, place de l’Hôpital, 67091 Strasbourg cedex, France 
b Département de santé publique, secteur biostatistique et méthodologie, laboratoire de statistique et informatique médicale, hôpitaux universitaires de Strasbourg, 67091 Strasbourg, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

But

Le but de l’étude réalisée était de quantifier les accidents oculaires graves liés à l’utilisation d’artifice de divertissement (ADD) en Alsace, de préciser les caractéristiques épidémiologiques de la population victime et d’évaluer le recours à la chirurgie et à l’hospitalisation en urgence, le type de lésions oculaires et le pronostic visuel à long terme.

Patients et méthodes

Nous avons réalisé une étude rétrospective des dossiers des patients hospitalisés de janvier 1994 à janvier 2007 aux hôpitaux universitaires de Strasbourg pour blessure oculaire grave liée à l’utilisation d’ADD.

Résultats

Nous avons recensé 39 accidents oculaires. Ces blessures oculaires touchaient les hommes jeunes (95 % d’hommes ; âge moyen : 19,38 ans). Les lésions étaient des contusions dans 61,5 % des cas, des brûlures dans 33,3 % des cas, des plaies perforantes du globe oculaire dans 15,4 % des cas. Plus de la moitié des patients présentaient des blessures oculaires ayant nécessité un recours à une prise en charge chirurgicale en urgence. L’hospitalisation totale induite était de 259 jours. L’acuité visuelle finale était abaissée dans 33,3 % des cas et 25,6 % des patients ont présenté une perte fonctionnelle oculaire majeure (acuité visuelle inférieure à 1/20).

Conclusion

Les feux d’artifice sont une cause de baisse d’acuité visuelle, en particulier chez les hommes jeunes. Tous les ans de nouveaux accidents se produisent lors des fêtes de la nouvelle année qui sont des exceptions faites dans la législation locale sur la vente et l’usage des ADD. Le strict encadrement légal de l’usage des ADD et l’information du public pourrait peut-être éviter la perte fonctionnelle de plusieurs yeux chaque année.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Aim

The purpose of the study was to review cases of serious fireworks-related eye injuries presented in the Strasbourg (France) University Hospital ophthalmology emergency department and to analyze epidemiological and clinical data such as visual outcomes and risk factors.

Method

A 13-year retrospective study (1994–2007) including fireworks-related ocular and adnexal injuries requiring hospitalization was conducted.

Results

Thirty-nine patients were reported; 95% were male. The mean age was 19.38 years old. There was 61.5% contusions, 33.3% eye and adnexal burns, and 15.4% of the patients suffered from a penetrating injury. More than half of the patients required emergency ophthalmic surgical procedures. Twenty-six percent of the patients had final visual acuity of 20/400 or less.

Conclusions

Fireworks are a cause of severe eye injury in France. These injuries are potentially preventable, especially in young males.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Traumatologie oculaire, Artifice de divertissement

Keywords : Eye injury, Fireworks


Plan


© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° 8

P. 538-543 - octobre 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les vascularites rétiniennes : profils épidémiologiques, cliniques et étiologiques
  • I. Mili-Boussen, I. Letaief, W. Zbiba, O. Trabelsi, N. Ben Younes, J. Abid, S. Azzabi, N. Khalfallah, K. Errais, A. Ouertani
| Article suivant Article suivant
  • Chirurgie de membrane épimaculaire en vitrectomie transconjonctivale 25-gauge : à propos de 50 cas
  • S. Boni, P.O. Barale, G. Gendron, F. Poisson, S. Scheer, J.A. Sahel

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.