S'abonner

Reprises chirurgicales après décompression orbitaire pour ophtalmopathie dysthyroïdienne - 11/04/12

Doi : 10.1016/j.stomax.2011.12.009 
N. Dumont a, , P. Bouletreau b, L. Guyot a
a Service de chirurgie maxillo-faciale et plastique de la face, hôpital Nord, chemin des Bourrely, 13915 Marseille cedex 20, France 
b Service de chirurgie maxillo-faciale et plastique de la face, centre hospitalier Lyon-Sud, chemin du Grand-Revoyet, 69310 Pierre-Bénite, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 6
Iconographies 5
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

L’objectif de ce travail était de rapporter l’incidence des complications justifiant une reprise chirurgicale précoce ou à distance après décompression orbitaire osseuse et graisseuse pour ophtalmopathie dysthyroïdienne.

Patients et méthodes

Quatre-vingt dix patients de 2006 à 2010, soit 168 décompressions orbitaires, ont été inclus dans une étude rétrospective des services de chirurgie maxillo-faciale des CHU de Marseille et de Lyon. Pour tous les patients, l’indication chirurgicale était morphologique et fonctionnelle. Plusieurs techniques chirurgicales étaient utilisées : décompression orbitaire osseuse et graisseuse par voie trans-palpébrale, résection de deux ou trois parois, décompression orbitaire par valgisation malaire.

Résultats

Dix patients ont été réopérés représentant 12 reprises car deux patients ont fait l’objet de deux reprises chacun. Quatre reprises ont été précoces pour deux hématomes rétrobulbaires, une insuffisance de décompression orbitaire postérieure avec persistance de la neuropathie optique compressive et une sinusite maxillaire avec récidive de l’exophtalmie. Les huit autres reprises ont été effectuées à distance pour trois insuffisances de correction, quatre récidives d’exophtalmie et un excès de correction avec énophtalmie. Tous les patients ont eu de bons résultats morphologiques et fonctionnels malgré la reprise chirurgicale.

Discussion

La plupart des reprises chirurgicales sont difficiles à anticiper. Leur prévention est basée sur des recommandations aspécifiques. Les patients doivent être informés des risques et bénéfices et accepter l’éventualité d’une reprise chirurgicale. Une consultation pluridisciplinaire systématique permettrait de standardiser et d’améliorer la prise en charge en détectant les patients à risque de complication.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

The aim of our study was to report the incidence of complications requiring early or late reoperation after bone and fat orbital decompression for Graves’s ophthalmopathy.

Patients and method

We conducted a retrospective bicentric study in the Maxillofacial Surgery Departments of Marseille and Lyon. Ninety patients were selected from 2006 to 2010, accounting for 168 orbital decompressions. The surgical indication was morphological and functional for all patients. Several surgical techniques were used: bone and fat orbital decompression by trans-palpebral resection, two or three wall orbital decompression, malar valgization.

Results

Ten patients were reoperated for 12 revisions, two patients needed two revisions. There were four early revisions for two retro-orbital hematoma, one inadequate orbital decompression with persistent posterior compressive optic neuropathy, and one recurrent maxillary sinusitis with proptosis. The other eight revisions were carried out later for three cases of insufficient correction, four cases of proptosis relapse, and one for excessive correction with enophthalmos. All patients had satisfactory morphological and functional results despite revision surgery.

Discussion

Most reoperations are difficult to anticipate and their prevention is based on more or less specific recommendations. Patients should be informed of the risks and benefits and accept the possibility of reoperation. A systematic multidisciplinary consultation would standardize and improve the management of these patients, by detecting patients at risk of complications and thus reoperation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Pathologie orbitaire, Ophtalmopathie dysthyroïdienne, Reprise chirurgicale

Keywords : Orbital disease, Graves’ ophtalmopathy, Reoperation


Plan


© 2012  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 113 - N° 2

P. 81-86 - avril 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Stabilité osseuse des ostéotomies de Le Fort I d’impaction
  • C. Vincent, J.M. Mercier, J.-P. Perrin, R.H. Khonsari
| Article suivant Article suivant
  • Sinusites maxillaires d’origine dentaire : traitement chirurgical
  • H. Chemli, M. Mnejja, M. Dhouib, F. Karray, A. Ghorbel, M. Abdelmoula

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.