Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Localisations réno-aortiques de la maladie de Takayasu - 01/01/02

M.  Lacombe ** **Correspondance et tirés à part

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

But de l'étude : Le but de ce travail était d'étudier les atteintes rénoaortiques de la maladie de Takayasu, les résultats à long terme de leur traitement chirurgical et l'évolutivité de la maladie dans le temps.

Patients et méthodes : De 1972 à 2000, 23 patients (16 femmes, sept hommes) ayant une atteinte réno-aortique de maladie de Takayasu ont été opérés. L'âge moyen était de 19,5 ± 12,4 ans. Tous ces patients présentaient une hypertension artérielle sévère non contrôlée par le traitement médical. Dix-huit patients avaient des lésions aortiques et rénales, cinq des lésions isolées de l'artère rénale, dix des lésions des artères digestives, six des lésions des troncs supra-aortiques. L'angioplastie endoluminale des artères rénales, tentée dans quatre cas, a été constamment suivie d'échecs. Du fait de lésions bilatérales chez 12 patients, le traitement chirurgical a comporté trois néphrectomies et 32 réparations de l'artère rénale effectuées par chirurgie conventionnelle sur le rein in situ (n = 23) ou chirurgie extracorporelle (n = 9). Un pontage aortique a été effectué chez sept patients et la revascularisation d'autres artères viscérales chez trois. Le suivi va de 1 à 18 ans (moyenne : cinq ans).

Résultats : Il n'y a pas eu de mortalité chirurgicale. Trois thromboses postopératoires sont survenues : rénale (n = 2), mésentérique (n = 1). Les résultats immédiats sur l'hypertension artérielle ont comporté une normalisation totale des chiffres tensionnels chez 18 patients (78 %), une amélioration chez trois (13 %) et un échec avec tension inchangée chez deux (9 %). À terme, une évolution de la maladie a été observée chez dix patients (43 %) : quatre récidives de sténose artérielle rénale par évolution des lésions aortiques avec réinterventions chez deux patients, trois évolutions au niveau des troncs supra-aortiques avec intervention chez un patient, trois aggravations de lésions aortiques (sans atteinte des rénales réparées) avec pontage prothétique chez un patient, enfin, une atteinte coronaire avec pontage chez un patient (à huit ans et demi). À longue échéance, du fait des dégradations secondaires ou tardives, les résultats du traitement chirurgical sur l'hypertension artérielle sont les suivants : guérison chez 14 patients (61 %), amélioration chez quatre (17 %), échec chez cinq (22 %).

Conclusions : Le traitement chirurgical des lésions rénoaortiques en cas de maladie de Takayasu est indiqué en cas d'hypertension artérielle sévère non contrôlée malgré un traitement médical lourd. Les résultats sont grevés par l'évolution de la maladie, soit localement, soit à distance, nécessitant parfois des interventions multiples. Compte tenu de la fréquence des dégradations tardives, les indications chirurgicales doivent être mûrement pesées et le suivi des patients doit être prolongé.

Mots clés  : maladie de Takayasu ; artères rénales ; hypertension rénovasculaire.

Abstract

Aim of the study: The aim of this work was to study the localizations of Takayasu's disease to the aorta and the renal arteries, the long-term results of their surgical treatment and the evolution of the disease with time.

Patients and methods: From 1972 to 2000, 23 patients (16 females, 7 males) with aortic and/or renal lesions were operated on. Mean age was 19.5±12.4 years. Despite heavy medical treatment, all had severe and uncontrollable hypertension. Eighteen patients had associated lesions of the aorta and renal arteries, 5 had isolated lesions of the renal artery, 10 had lesions of mesenteric arteries, 6 had lesions of supra-aortic trunks. Percutaneous transluminal angioplasty of the renal artery (ies) was attempted in 4 cases and was unsuccessful in all. Due to bilateral lesions in 12 patients, the surgical treatment consisted of 3 nephrectomies and 32 artery repairs of which 23 were performed by conventional in situ surgery and 9 by extracorporeal repair. An aortic bypass was performed in 7 patients and revascularization of other visceral arteries in 3. The follow-up extends from 1 to 18 years (mean: 5).

Results: There was no mortality. Three postoperative thromboses of repairs occurred: 2 of renal artery and 1 of mesenteric artery. Immediate results on blood pressure control were as follows: complete cure in 18 patients (78%), improvement in 3 (13%) and failure in 2 (9%). During the follow-up, evolution of the disease was observed in 10 patients (43%): 4 repeat stenoses of renal arteries due to aggravation of aortic lesions requiring reoperation in 2 patients, 3 aggravation of aortic lesions requiring an aortic bypass in 1 patient, 1 coronary insufficiency requiring a coronary bypass at 8.5 years. During the long-term follow up, due to secondary anatomical deteriorations, the results of surgery on blood pressure control were as follow: complete cure in 14 patients (61%), improvement in 4 (17%), failure in 5 (22%).

Conclusion: Surgical treatment of reno-aortic lesions in Takayasu's disease must be reserved to patients whose arterial hypertension is uncontrollable despite heavy medical treatment. Results are altered by the evolution of the disease either locally or in other territories and that may require several operations. Due to frequently occurring late degeneration of repairs, surgical therapy must be carefully decided and patients' follow-up must be prolonged.

Mots clés  : Takayasu's disease ; renal artery ; renovascular hypertension.

Plan



© 2002  Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 127 - N° 4

P. 268-275 - avril 2002 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Incidence des infections du site opératoire en chirurgie ambulatoire : résultats du réseau de surveillance INCISO en 1999-2000
  • A. Sewonou, C. Rioux, F. Golliot, L. Richard, P.P. Massault, H. Johanet, G. Cherbonnel, A.H. Botherel, D. Farret, P. Astagneau
| Article suivant Article suivant
  • Hyperparathyroïdies primaires juvéniles. À propos de 24 observations
  • O. Monneuse, S. Causeret, J.C. Lifante, N. Berger, V. Lapras, J.L. Peix

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.