Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Nouveaux mécanismes physiopathologiques du Syndrome Métabolique : implication des récepteurs nucléaires orphelins ? - 20/10/12

Doi : 10.1016/S0003-4266(12)70010-0 
E. Kuhn a, b, , B. Fève c, M. Lombès a, b, d
a Inserm U693, 94276 le Kremlin Bicêtre, France 
b Faculté de Médecine Paris- Sud, Université Paris Sud- 11, 94276 Le Kremlin Bicêtre, France 
c Service d’Endocrinologie, Hôpital St Antoine, Assistance Publique Hôpitaux de Paris, 75012 Paris, France 
d Service d’Endocrinologie et des Maladies de la Reproduction, Hôpital de Bicêtre, Assistance Publique Hôpitaux de Paris, 94275 Le Kremlin Bicêtre, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Cette revue fait le point sur un certain nombre de données récentes sur la biologie et la physiopathologie du syndrome métabolique (MetS) et l’implication des récepteurs nucléaires qui ont été présentées en juin 2012 lors du dernier congrès de l’Endocrine Society, à Houston. Plusieurs études ont rapporté les effets bénéfiques de différents récepteurs nucléaires dits « orphelins », notamment SHP (Small Heterodimeric Partner, NR0B2) et LXR (Liver X Receptor, NR1H3 et NR1H2), sur diverses composantes du MetS. En utilisant un modèle d’invalidation de SHP chez la souris, l’équipe de David Moore a démontré que SHP avait des effets « anti-diabétiques », ceci aux dépens d’une stéatose hépatique. Par ailleurs, cette équipe a également montré que le DLPC (dilauroyl phosphatidylcholine), un phospholipide non classique, avait une action anti-diabétique via LRH-1 (Liver Receptor Homolog-1, NR5A2), un partenaire moléculaire de SHP. De manière très intéressante, Carolyn Cummins a présenté des données sur les mécanismes impliqués dans les effets métaboliques délétères des glucocorticoïdes en se focalisant notamment sur LXR, à l’aide de modèles murins d’invalidation des isoformes ⍺ et β de LXR. Ces données nouvelles et originales permettent d’envisager, à plus long terme, l’utilisation de modulateurs sélectifs de ces récepteurs dans la prise en charge des troubles métaboliques chez l’Homme.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

This review focuses on a number of new data on biology and pathophysiology of the metabolic syndrome (MetS) and the involvement of nuclear receptors that have been presented during the last Endocrine Society meeting, held in Houston in June 2012. Several studies have reported beneficial effects of various orphan nuclear receptors, including SHP (Small Heterodimeric Partner, NR0B2) and LXR (Liver X Receptor, NR1H3 and NR1H2), on various components of MetS. By using an inactivation model of SHP, David Moore has shown that SHP exerts “antidiabetic” effects but associated with hepatic steatosis development. He also showed that DLPC (dilauroyl phosphatidylcholine), an unconventional phospholipid, exhibited anti-diabetic properties through its binding to LRH-1 (Liver Receptor Homolog-1, NR5A2), a molecular partner of SHP. Interestingly, Carolyn Cummins investigated LXR ⍺ and β isoforms knock-out mice and provided experimental evidence for the detailed mechanisms involved in the deleterious metabolic effects of glucocorticoids, pointing out to the functional interaction between LXRβ, and the glucocorticoid receptor. These new and original studies open new therapeutic opportunities for the management of metabolic disorders in humans by selective modulators of these receptors.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Récepteur nucléaire, Syndrome métabolique, SHP, LXR, LRH-1

Keywords : Nuclear receptor, Metabolic syndrome, SHP, LXR, LRH-1


Plan

Plan indisponible

© 2012  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 73 - N° S1

P. S9-S16 - octobre 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Brun, blanc, beige : la couleur du gras et nouvelles perspectives thérapeutiques de l’obésité…
  • E. Kuhn, N. Binart, M. Lombès
| Article suivant Article suivant
  • Hypophysite : un spectre étiologique de plus en plus large !
  • I. Allix, V. Rohmer

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.